450 kg ou 600 kg ?

Des bruits insistants de changement de réglementation pour passer la masse maxi des ULM biplaces à 600 kg courent un peu partout, Vol Moteur y a même consacré un débat dans son numéro 363 de Mai 2016. Cependant des voix s’élèvent, en particulier en France, pour dénoncer les risques d’une telle modification.
Je suis moi-même favorable à un maintien de la réglementation actuelle, garante des libertés acquises. Je crois fermement que c’est aux constructeurs de s’adapter à notre réglementation et non pas de demander un changement de celle-ci sous prétexte qu’ils n’arrivent plus à fabriquer les avions légers… que l’on savait fabriquer il y a 50 ans!
J’ai donc envoyé mon point de vue, défendant nos constructions SDplanes, au rédac-chef de Vol Moteur; mon billet a fait l’objet d’une parution dans le courrier du magazine.

Juin 2016 - SD-2

cliquez pour agrandir

Evidemment je remercie Vol Moteur de cette possibilité d’expression, et j’ai constaté que je n’étais pas seul dans cette idée: le courrier de Mr Giraud va dans le même sens.

Juin 2016 - Giraud

cliquez pour agrandir

Et que dire du billet de Mr Pierre-Henri Lopez, président de la FFPLUM, intitulé Le doux chant des Sirènes!.. et qui traite du même sujet:

Nos sirènes imaginent sans doute que nous pourrions nous en tirer sans perdre une écaille… c’est un rêve!

ou de l’excellent édito Back to the future de Dimitri Demarle qui fait état de la mode rétro qui conduit à la conception d’ULM modernes, légers, au look reprenant des modèles mythiques, et peut-être plus accessibles financièrement.

Bref, un numéro de Vol Moteur à lire!

Des avis pour, des avis contre? La parole est à vous…

10 réflexions au sujet de « 450 kg ou 600 kg ? »

  1. Hi Bruno, I live in a country where we have 600kg limits. I have always wondered how a 472.5kg limited UL can be flown with 2 people and fuel legally??? In my opinion, they are single-seaters or have just enough fuel on board for a circuit with 2 people. I own a 600kg LSA plane (360kg empty) and I need every kg when going away, including full fuel (90lt, 4.5h). There are very few 2-seat planes that are under 300kg empty. The trade-off with very light planes is expensive materials or labour-intensive construction techniques or « flimsy » structures. In many cases, the sturdier construction is a requirement for the environment where we operate (heat, long distances, remote areas) and I accept this weight penalty to have a safer and more durable aircraft.

    If you are only looking at a minimal flying device to spend some time in the air, some of these extremely light aircraft will be fine. For many users, we need more substantial aircraft and the LSA category with 600kg MTOM is giving us the types of aircraft that are useful for our type of flying. For us, the difference between LSA and ULM is only in the certification and who can maintain it.

    Cheers, Thomas (Australie)

    • Bonjour Thomas,

      je comprends parfaitement vos arguments, et je ne me lancerai pas dans une critique de la limitation Australienne du poids maxi de vos UL.

      Ce que je considère avant tout est la liberté que nous donne notre règlementation Française actuelle: entièrement déclarative, sans visite médicale récurrente, licence obtenue à vie.
      Il s’agit d’un énorme espace de liberté, extrêmement rare à l’heure actuelle; cela entraine des contraintes et des devoirs.

      Au niveau des contraintes, cette fameuse limite de poids, la vitesse minimum de 65 km/h, et j’ajouterais presque le parachute puisque dans l’état de l’art, cela fait « gagner » de la charge utile (un parachute pèse 14-15 kg et autorise 22,5 kg de plus).

      Au niveau des devoirs: la responsabilité du pilote/propriétaire: responsabilité de maintenir et vérifier régulièrement (vol instructeur) son niveau de compétences, responsabilité d’estimer s’il est en condition physique suffisante pour voler ou non, responsabilité de l’entretien de son engin volant hors ateliers certifiés, responsabilité enfin du respect de la réglementation…

      Et la responsabilité commence au niveau du choix de sa machine volante: il est certain qu’avec une machine biplace qui pèse plus de 300 kilos à vide, un jour ou l’autre le devis de poids « ULM à la Française » sera dépassé.
      Le SD-2 avec ses 270 kg parachute compris, sans être un miracle, est déjà plus favorable; il permet d’emporter pilote et passager de 75 kg chacun et plus de 70 litres d’essence dans le respect de la législation.

      Chacun reste libre de choisir son environnement de vol et il reste heureusement beaucoup de pilotes qui préfèrent l’aviation certifiée, la sécurité qu’elle apporte au niveau de l’entretien des machines etc…

      Pour ma part, tant qu’on m’en laissera la possibilité, je choisirai la liberté.
      Il est totalement illusoire est de croire qu’il est possible d’avoir une autorisation à 600 kg de MTOW avec le maintien de la règlementation ULM Française actuelle; je choisis donc le maintien de la règlementation 450 – 472,5 kg existante, et vive la liberté.

      Cordialement,

      Bruno

  2. je pense qu’il faut impérativement laisser la législation telle qu’elle, une modification à 600kg ne peut qu’engendrer de nouvelles règles contraignantes
    restons des ULTRA LEGER MOTORISES et construisons en conséquence
    c’est juste mon avis ……

  3. Je suis totalement contre cette idée qui ne fera qu’engendrer une réglementation plus contraignante, et des coût très élevé. ULM c’est ultra léger motorisé, restons en là, construisons nos ulm comme il se doit et gardons l’âme et l’état d’esprits de notre loisir, ne tombons pas dans ce piège qui je pense n’est que d’ordre financier
    mais c’est un avis qui n’engage que moi………..

    • Heureusement, chacun a le droit d’avoir son avis, surtout ici!
      Merci donc pour votre point de vue… qui va dans le même sens que le mien.

  4. Il faut savoir à qui profiterait cette demande.

    Nombre de constructeurs européens, sinon tous, se sont laissés berner par le marché LSA américain, véritable miroir aux alouettes

    Pris au piège, les constructeurs essaient de fourguer leur machine. Les faire accepter en ULM n’ a pour eux que des avantages: plus d’homologation obligatoire (800 K€ environ), plus de laisser passer provisoire pour les LSA aujourd’hui produits et le spectre du dépôt de bilan s’éloigne.

    Quel est l’avantage pour l’acheteur.?
    Celui d’avoir une machine plus lourde, plus énergivore, plus chère et cerise sur le gâteau probablement une réglementation plus exigeante qui reprendra celle du LSA, européen ou américain ou une combinaison des deux.

    • Bonjour Daniel,

      Il est exact que ce sont des constructeurs qui tentent d’impulser ce passage de l’ULM à 600 kg, sous prétexte d’harmonisation du marché.

      Ils trouvent de l’écho auprès des propriétaires de machines, qualifiées ULM, trop lourdes; lorsque ceux-ci se rendent compte que légalement leur machine est un monoplace de luxe…

      Les « avantages » que tu pointes pour l’acheteur sont, eux, bien réels:
      – machine plus lourde, plus énergivore, plus chère
      – règlementation revue, pas dans le sens de la liberté, ni de la réduction des coûts.

  5. Pour moi nul doute qu’il faille rester sur l’acquis de la réglementation actuelle.
    La modifier pour passer à 600 kg ne sera pas sans conséquence et au final on risque de perdre bien plus: notre autonomie et notre liberté. Aux constructeurs de s’adapter à notre réglementation. Tout est dit dans le courrier de Mr Giraud.
    Et puis la FFA sera heureuse d’accueillir et de former des pilotes de 600kg .

  6. enfin 600 kilos sans rien changer ,que le poid
    pourquoi 450
    pourquoi pas 452,5
    pourquoi pas 478,6

    un ulm de 450 k ou un ulm de 600k ou commence la liberté, ou finit la liberté?

    un petit cercle décide le bien et le mal,?

    certains ont le devoir de décider et les autres de la fermer !

    • Bonjour,

      Et oui, il faut une limite! Pourquoi 130 km/h et pas 136,8 km/h? Ce n’est pas une question de bien ou de mal, c’est qu’il faut prendre une décision.

      Certains sont élus pour prendre ces décisions, c’est pour cela qu’il est important de voter chaque fois que c’est possible.

      Les autres ont le droit de « l’ouvrir », mais cela ne dispense pas de respecter les règles en vigueur.

      Regardez notre système Français à 450 kg: il a bien des avantages; pourrions-nous les conserver s’il est abandonné?

Laisser un commentaire