Puissance et facilité

Une nouvelle vidéo présente le SD-1 TGC motorisé Hirth F23.

La disposition tricycle avec roue avant conjuguée propose la plus grande simplicité dans le contrôle de la machine au sol.

Sur cette machine le pédalier réglable est en standard, la cabine est une version XL (surélevée) et le poids total à vide est de 127 kg sans parachute.

Le moteur Hirth F-23 de 50 cv est à l’heure actuelle le moteur le plus puissant monté dans le SD-1. Il permet d’obtenir des performances de décollage, de montée et de vitesse hors du commun.

Je rassure les amateurs d’autres configurations: la version TD apporte un allègement non négligeable et d’autre motorisations, en particulier quatre temps, de sérieuses économies de carburant; chacun est libre de ses choix!

Il n’en reste pas moins que ce SD-1 TGC / Hirth F23 est une belle vitrine des possibilités du SD-1.

14 réflexions au sujet de « Puissance et facilité »

  1. Bonsoir Bruno
    Je trouve la version TGC aussi élégante que la version TD, à quand une vidéo filmant de l’interieur toutes les phases d’un vol en commentant les actions. Ceci permettera au future pilotes une autre approche qui aboutira à un premier vol avec plus de cérénité et moin de d’appréhension.
    Amicalement
    Elie

    • Elie,

      votre idée est intéressante mais je vous rappelle que nous n’avons pas vocation à être école de pilotage.

      Des clubs et des moniteurs sont là pour vous permettre d’apréhender de vraies sensations; il faut dire qu’une vidéo, aussi bien faite soit-elle ne donne qu’une « image » de la réalité et ne permet pas de ressentir les choses.

      Une alternative intéressante peut être le simulateur de vol sur ordinateur personnel (X-Plane). Je l’ai longtemps pratiqué; cela donne de bonnes sensations et permet d’apprendre (un peu…) les procédures, les erreurs à éviter, et de se familiariser avec ce monde en trois dimensions.
      J’ai même modélisé un SD-1; si cela vous intéresse, il est à votre disposition.

      Dans tous les cas de figure, le brevet de pilote reste le point incontournable…

      • Je possède XPlane 10, quand je ne peux pas prendre de cours je vevois mes procédures sur le simulateur, je suis donc vivement intéressé. comment puis-je me procurer la modélisation ?

  2. Bonjour Bruno,
    Je te remercie pour ton retour, et je te confirme que mon intension n’était pas de créer une école de pilotage. Les vidéos de LUFTNSU filmant ses vols de l’intérieur de la cabine sont hyper interessantes nous voyons ansi des phases de vol du SD-1 des évolutions nets en espérant qu’il y en aura encore davantage. En tout cas plus je consulte ce sit que je trouve super plus j’ai envie de m’y mettre, dailleurs j’essayerai d’aller voir et assiter au premier vol de la machine équipé du Verner à Meaux car je suis basé sur LFPK.
    Amicalement
    Elie

  3. Bruno
    Premier vol d’une machine Verner à Meaux, cela m’avait échappé. Étant basé à Coulommiers dans le même club qu’Élie cela m’intéresse. Y-a-t-il une date prévue pour que je puisse également faire du spoting ?

    Bien cordialement
    Gérard

    • Une date de livraison, non pas encore; mais une période oui. Disons la deuxième quinzaine de Mai.

      Si la météo le veut bien et si tout s’arrange dans ce sens, l’avion pourrait être livré en vol par Mr Spacek himself!
      Raison de plus pour ne pas manquer l’évênement!

      Pour le premier vol, il faut voir avec MichelS qui souhaitera peut-être prendre un peu de temps pour étudier et pour « rouler » la machine avant de s’envoler. Je ne peux parler à sa place.

      De toute façon les nouvelles seront sur… sdplanes.fr, bien sûr!

  4. Bonsoir. La machine me sera livrée fin mai. Il me faudra quelques séances de prise en main. Et je vous ferai une petite visite à LFPK; A moins que vous vouliez assister à la livraison et au déballage de la machine…. autour d’un verre amical. On en reparle quand j’aurai plus de précisions.

    Michel Sitruk

  5. F-JUSC (SD-1 n°61 train classique JCV 360) m’a été livré, comme prévu, il y a quelques jours par Igor en personne que je ne connaissais pas…. sous un déluge de grêle (ce qui n’était pas prévu et ne m’a pas permis de l’essayer tout de suite) et sous les regards curieux des copains. Igor a pris tout le temps nécessaire pour lemontage et les nombreuxes explications et recommandations. Le mauvais temps étant bien installé, j’en ai profité pour décorer l’animal (F-JUSC pas IGOR), installer mes petites affaires et autres GPS et outils, et prendre mes marques dans le cockpit.

    Aujourd’hui, nombreux baptêmes de l’air au club : beau succès auprès des dames qui passaient par là, mais malheureusement pas possible de les emmener ; erreur de casting, faudra trouver autre chose….

    Voici ce que je peux dire de mes premiers essais (du F-JUSC, pas des dames qui passent par là) :

    – au roulage : pas de véritable difficulté, même avec un vent vif, contrairement à ce que je craignais du train classique,

    – qualités de vol très agréables, globalement, il a la pêche.

    – finesse et ailes relativement courtes bien ressenties en vol : ça glisse, ça file à 160/170km/h (vérifié au GPS) à régime économique et ça réagit sans délais, mais avec douceur et sans surprise, Les commandes sont précises, fermes et souples.

    – mes décollages ne sont pas encore parfaits et mes atterrisages sont encore trop longs, car pas encore habitué à cette finesse. Et, après posé, l’animal est toujours tenté d’aller brouter l’herbe fraiche des bords de pistes : je sais, il faut y aller franchement avec les palloniers et anticiper le contre-mouvement qui va suivre, mais il faut le temps de s’y faire.

    – au décollage et en montée, prendre le temps de lancer suffisamment la machine pour qu’elle prenne sa vitesse. erreur que j’éviterai de refaire : ne pas « l’arracher » trop tôt ; ça retarde la montée (et ça prive de réserve face aux rafales éventuelles comme vous le savez… mais un premier vol sur une machine inconnue, ça fait perdre un peu de ressources mentales…),

    – concernant les turbulences traversées ce jour en Seine et Marne ; 25°C et pas mal d’ascendences : pas d’illusion, c’est un ULM, donc ça bouge. Mais, je qualifierai de « normalement ». Logique vu la charge allaire.

    Superbe machine. Je pense que je vais m’attacher (à la machine… pas aux dames qui passent par là…).

  6. Bonjour, En lisant votre commentaire cela fait vraiment envie… Il ne reste plus qu’à faire le pas !
    Ce serait bien que vous puissiez faire des vidéos des révisions cellules et surtout moteur aux périodes préconisées par le constructeur. Cela permettrait à ceux qui seraient tentés par l’aventure d’avoir quelques points de repères.
    Bonne journée JPL

    • Les révisions cellule et moteur sont présentées dans les Manuels d’utilisation et de maintenance, ansi que dans les manuels propres à chaque moteur. Les révisions moteur sont différentes suivant les motorisations: 2T, 4T, TBO etc…
      Nous ne sommes pas en aviation certifiée mais en ULM, la base de la sécurité est la vérification et la maintenance permanente: tous les 25 heures, 10 heures, 5 heures, sans oublier bien sûr la prévol indispensable avant chaque vol! Et ce même si le TBO est de 1000 heures.

Laisser un commentaire